L'oiseau noir et l'oiseau blanc
Mike Brant

La Députée Danièle OBONO représentée en esclave :

Valeurs actuelles démontre

encore une fois son racisme

Le Conseil des Harkis du Var condamne fermement la publication à connotation raciste de Valeurs actuelles et apporte tout son soutien à la Députée Danièle OBONO

Nous sommes au 21ème siècle, et pourtant, la couleur de peau, l’origine ethnique, restent pour certains, un élément de jugement et de rejet de la société.

 

Sommes-nous en démocratie ? OUI.

La députée OBONO a-t-elle été désignée par le suffrage universel ? Choisie par les électeurs pour être leur représentante parlementaire ? OUI

 

Pourtant, elle doit depuis son élection se battre non pas sur le terrain politique, mais sur le terrain du racisme ! Elle doit se justifier d’avoir sa couleur de peau ! Elle doit convaincre que ce n’est pas sa couleur de peau qui conditionne sa capacité à assurer sa mission parlementaire…

 

Il est clair qu’aux yeux de certains, incarnés notamment par les rédacteurs de Valeurs actuelles, une personnalité politique ne doit être vue que sous l’angle de son origine et de son faciès.

 

Nous partageons l’indignation de Danièle OBONO, sa souffrance, car en tant qu’enfants de la République, nous ne pouvons qu’être blessés par de tels comportements. Malheureusement, la communauté Harkie connaît que trop bien la souffrance que génère ce comportement de rejet.

 

Quand arriverons-nous, dans notre société, à dépasser la question ethnique, la consonnance des noms, le faciès ?

Quand arriverons-nous à faire abstraction de l’origine d’une personne et se fonder uniquement sur ses compétences, ses capacités à occuper des fonctions importantes pour lui accorder la place qu’elle mérite ?

 

Certes, le monde politique a condamné unanimement la gravité, le caractère raciste de la publication de Valeurs actuelles, mais si les paroles sont importantes et l’intention bienveillante, le plus important ce sont les actes.

 

Les interventions médiatiques pour apparaître comme « politiquement correct » ne suffisent pas. Il faut des actes et des vrais, pour combattre ces comportements racistes qui, hier, n’avaient déjà pas lieu d’être. Nombreux sont ceux d’ailleurs qui ont dénoncé ces comportements, notamment dans le milieu artistique, comme en 1969 par Georges Moustaki qui dénonçait déjà le racisme en interprétant le « Métèque », ou encore Mike Brant en interprétant "l'oiseau noir et l'oiseau blanc".

 

Aujourd’hui ces actes sont éminemment incongrus, inacceptables et hors de toute réalité sociétale.

 

 

Et pour cause, nous sommes à l’ère du melting-pot ! Il est à mettre en exergue que le mélange des origines est souvent une belle réussite tant physique qu’intellectuelle... et surtout le symbole que différents éléments fusionnants peuvent former un seul et même ensemble harmonieux.

 

Nous sommes au 21ème siècle !  Nous sommes à une époque où nous avons vu toute une population placer au siège de « l’homme le plus puissant du monde » un Afro-américain, d’origine Kényane, Barack Hussein OBAMA, 44ème président des Etats Unis !

 

Alors, oui il existe encore des formes de racismes aux Etats-Unis, ce phénomène ne sera jamais totalement éradiqué, et il faut continuer à le combattre. Mais ce pays a fait un pas de géant, à en juger par la place accordée aux afro-américains dans la société, une place qui si elle doit s’inscrire dans la normalité, reste sans commune mesure avec la timide acceptation de la diversité dans d’autres démocraties occidentales.

 

En France, ce phénomène d’acceptation reste en effet très éloigné des Etats-Unis par exemple, ou encore des pays anglosaxons. Portons notre regard sur les Londoniens qui ont élu un musulman d’origine pakistanaise, Sadiq Khan, à la tête de la plus grande ville du Royaume-Uni. Et les pays nordiques d’Europe sont dans la même dynamique.

 

Or dans l’hexagone, pour n’évoquer que la sphère publique ou politique, il n’a échappé à personne que parmi les élus désignés pourtant par la voie démocratique, tous ont dû essuyer les affres de publications ou de commentaires en référence à leur origine, voire le plus souvent à connotation raciste, avec de nos jours, un matraquage xénophobe rendu plus facile par l’arène des réseaux sociaux.

 

Quant aux quelques personnes pour la plupart brillantes, qui ont pu accéder à des fonctions ministérielles, comme Najat Vallaud-Belkacem ou encore Christiane Taubira, elles ont dû elles aussi porter « le fardeau » de leurs origines ou de leur couleur de peau.

 

A cet égard nous tenons à féliciter l’intervention très remarquée de David Guiraud sur BFMTV.

 

 

 

 

Intervention de David GUIRAUD

                                   BFMTV

                            29/08/2020

 

 

Ce phénomène est inquiétant puisque l’existence du racisme est dangereuse pour notre société.

 

Le racisme traduit en effet une attitude d'hostilité pouvant aller jusqu'à la violence, et du mépris envers des individus appartenant à une race, à une ethnie différente. Il crée donc des oppositions à différents degrés de violence entre individus d’une même société.

 

Plus grave encore, il met en péril les fondamentaux de notre Constitution puisque le racisme constitue un ensemble de théories et de croyances qui établissent une hiérarchie entre les races, entre les ethnies, et par extension, une conception de la société fondée sur le droit pour une race dite supérieure, d'en dominer d'autres, et sur le devoir des races dites inférieures de se soumettre.

 

Pour toutes ces raisons, et parce que nous sommes intimement et profondément attachés à la défense des valeurs de la République, ces valeurs défendues par nos Pères Harkis par leur sang versé, nous condamnons fermement ces actes racistes, et sommes entièrement solidaires de Danièle OBONO dans son combat moral, médiatique, politique voire judiciaire contre les auteurs de l’infamie qu’elle subit.

Jean-Luc MELENCHON, Député, président du groupe La France insoumise à l'Assemblée nationale

« On ne peut pas imaginer que qui que ce soit qui ait la dignité républicaine au cœur et l’amour de la patrie républicaine au cœur puisse accepter qu’une parlementaire soit caricaturée en esclave parce que la couleur de sa peau est noire. (...) Aujourd’hui madame Obono, c’est la République »

« Ça suffit le harcèlement nauséabond contre @Deputee_Obono »

 

Alexis CORBIERE, Député La France Insoumise

"Tous les démocrates et Républicains devraient se lever unanimement pour dire ASSEZ !!"

 

 

Olivier FAURE, Premier secrétaire du Parti socialiste

« Valeurs actuelles ? Non valeurs d’un autre temps, celui abject où une femme noire ne méritait que le mépris et des chaînes. »

 

Boris VALLAUD, porte-parole et secrétaire national du PS chargé de l'Europe

« Hier Najat Vallaud-Belkacem, Christiane TAUBIRA et d'autres, aujourd'hui La Députée Obono : déshumaniser, attiser la haine. L'obsession raciste de ce torchon, et particulièrement quand il s'agit de femmes, est un cas d'école écœurant. Tout mon soutien @Deputee_Obono. »

 

Benoît HAMON

« Toute ma solidarité à @Deputee_Obono bafouée par la presse d'extrême droite. »

 

Richard FERRAND, Président de l’Assemblée Nationale

Ignoble représentation d’une parlementaire. À ses côtés pour lutter contre le racisme et pour le respect dû à tous les élus de la République. Tout mon soutien personnel et celui de l’Assemblée nationale face à ces abjections.

Emmanuel Macron

Le président de la République a appelé Danièle Obono pour "lui témoigner sa sympathie et sa solidarité"

 

Jean Castex, Premier ministre

Cette publication révoltante appelle une condamnation sans ambiguïté.

Je partage l'indignation de la députée Danièle Obono et l'assure du soutien de l'ensemble du Gouvernement. La lutte contre le racisme transcendera, toujours, tous nos clivages.

 

Éric DUPONT-MORETTI, Ministre de la Justice

On est libre d’écrire un roman nauséabond, dans les limites fixées par la loi. On est libre aussi de le détester. Moi je le déteste et suis à vos côtés.

 

Gérald DARMANIN, Ministre de l'Intérieur

Soutien à @Député_Obono, au nom des principes et des valeurs de la République française qui doivent plus que jamais rester au cœur de notre vie politique.

 

Élisabeth MORENO, ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances

« Condamnation totale de cette publication. Faire l'apologie du  racisme est contraire aux valeurs républicaines. Je ne partage pas les idées de @Deputee_Obono, mais aujourd'hui je lui apporte tout mon soutien. »

 

Bruno Retailleau, président du groupe "Les Républicains" au Sénat

Personne ne peut justifier ce type de message, ce type de dessin. Ce n’est pas la couleur de la peau qui fait l’appartenance à la France, ce n’est pas une religion, ce n’est pas une condition sociale, on est Français parce qu’on est citoyen Français »

 

Wallerand De Saint-Just, trésorier du Rassemblement National

« La couverture de Valeurs Actuelles est d’un mauvais goût absolu. Le combat politique ne justifie pas ce type de représentation humiliante et blessante d’une élue de la République »

Réactions unanimes
de tout l’échiquier politique

Copyright Conseil des Harkis du Var - Association Loi 1901, déclarée le 14 avril 1998, SIREN N°429074495

  • c-facebook